Lettre aux nouvelles : Mise au point suite à votre article sur « le collectif budgétaire » paru dans votre quotidien de ce jour

Publié le par Jean-Christophe BOUISSOU

Madame la Rédactrice en chef

des Nouvelles de TAHITI

 

Objet : Mise au point suite à votre article sur « le collectif budgétaire » paru dans votre quotidien de ce jour

 

Madame la Rédactrice en chef,

Je vous prie de bien vouloir insérer le texte suivant afin de parfaire l’information de vos lecteurs sur mes déclarations liées à l’emprunt de 5,4 milliards de francs inscrit au collectif budgétaire n° 3 de 2006 du pays. Je vous en remercie par avance.

« Lors de ma conférence de presse du mercredi 9 août dernier, j’ai déclaré que l’emprunt de 5,4 milliards de francs inscrit au 3ème collectif  du budget 2006 du pays, « s’explique tout simplement par le résultat déficitaire de la section d’investissement constaté en 2005 et qui nécessite d’être couvert ».

Cette affirmation, un peu directe je le conçois, trouve sa justification dans le fait que l’Assemblée de la Polynésie française avait autorisé le gouvernement - lors du vote du budget primitif 2005 - à contracter un emprunt global de 14 milliards de francs pour financer les opérations d’investissement de l’année.

Or, le constat en fin d’exercice met en évidence le fait que le gouvernement n’a pas su mobiliser cette ligne de crédits de 14 milliards de francs alors que des conventions de prêts avaient été signées auprès de plusieurs banques pour un montant global de 10 milliards de francs.

Le montant du report de crédit de recette de 2005 sur 2006 sur cette ligne aurait dû porter sur une enveloppe de 14 milliards de francs et non pas de 10 milliards comme figurant au collectif n° 2.

La sollicitation des réserves du pays pour financer les opérations d’investissement non terminées en 2005 aurait de facto été moindre, de l’ordre 3,8 milliards au lieu de 7,8 milliards, laissant ainsi un volant en réserves plus conséquent dans le cadre du collectif budgétaire n° 3.

Pour faire court et simple, le nouvel emprunt de 5,4 milliards sollicité au collectif n° 3 de 2006 est un avatar de la gestion hasardeuse du gouvernement actuel, lequel n’a pas su mobiliser en temps et en heure les emprunts nécessaires aux dépenses de 2005. »

Jean-Christophe BOUISSOU

Publié dans Archives RAUTAHI 2006

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article