Question orale au Gouvernement

Publié le par Emma ALGAN

Madame Emma ALGAN

Représentante à l’Assemblée de la Polynésie française

Au nom de RAUTAHI

Question orale au Gouvernement

Question à

Monsieur le Président du Gouvernement

Papeete, le mardi 19 septembre 2006

Objet :  Modification du mode d’élection des représentants à l’assemblée de la Polynésie française

Monsieur le Président,

L’article 105 de la loi organique n°2004-192 du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française a sensiblement modifié le mode d’élection des représentants à l’assemblée de la Polynésie française.

Tout en maintenant le principe d’une élection à un tour, il instaure une « prime majoritaire » d’un tiers des sièges à la liste qui a recueilli la majorité des suffrages exprimés.

En pratique, ce nouveau mode de scrutin a eu pour effet mécanique de réduire la diversité de l’expression démocratique au sein de l’assemblée par l’exclusion ou la réduction en siège de partis politiques de moindre envergure mais pourtant représentatifs d’un certain électorat.

Dès son adoption, vous avez dénoncé ce nouveau mode de scrutin et sa prime majoritaire, « anti-démocratique » disiez-vous.

Votre contestation vigoureuse de ce dispositif électoral vous a propulsé à la tête d’une Union dite « pour la Démocratie ».

Vous annonciez alors publiquement la suppression de la prime majoritaire dès votre accession au pouvoir.

Depuis lors, malgré tous vos discours pontifiants et moralisateurs, vous n’avez pas commencé à entamer le début d’une première démarche pour esquisser l’ébauche d’une demande de modification du mode de scrutin et la suppression de la prime majoritaire.

Vous avez été le premier à dénoncer une prime majoritaire « anti-démocratique ».

Vous avez été le premier et seul bénéficiaire de cette prime majoritaire « anti-démocratique ».

Et, concrètement, vous êtes aujourd’hui le premier opposant au retour de l’expression démocratique en 2009 au sein notre Assemblée.

Malgré tous vos discours, vous oeuvrez pour le maintien de la prime majoritaire qui vous a permis d’accéder au pouvoir.

Car sans elle, vous craignez de perdre en 2009 le pouvoir auquel vous avez pris goût.

Vos principaux lieutenants du Tavini Huiraatira et très récemment vous-même avez clairement exprimé votre volonté de ne voir aucune modification dans le mode de scrutin.

Vous avez déjà réussi, en louvoyant, à éviter d’instruire ce dossier pendant deux ans. Vous arguez aujourd’hui que ce dossier doit attendre l’issue de l’élection présidentielle.

Mais, il n’y a aucun rapport entre l’élection présidentielle et la demande de suppression de la prime majoritaire.

Votre argument est faux et fallacieux.

En France, le travail parlementaire ne s’arrête pas dans l’attente de l’élection présidentielle.

Vous avez récemment trouvé un nouvel argument pour temporiser. Vous prétendez que la prime majoritaire n’est qu’une disposition de la loi organique comme une autre et il convient d’en revoir de multiples autres.

En noyant la prime majoritaire dans un ensemble incohérent et indéterminé de dispositions à revoir, vous rendez impossible, en fait, sa suppression. Vous le savez bien.

Pire, désormais, vous annoncez qu’il n’y aura pas de changement de mode de scrutin sans acceptation et intégration dans le Statut de vos très obscurs « accords de Tahiti Nui » dont personne ne connaît le contenu et qui n’ont fait l’objet d’aucune présentation, d’aucune négociation, d’aucune concertation.

En clair, c’est du chantage.

Tous les arguments sont bons pour faire en sorte que la Polynésie française se retrouve en 2009 avec le même mode de scrutin, certes contraire à l’expression démocratique mais si avantageux à un parti politique comme le vôtre.

En fait, aucun argument de fond ne justifie le report de votre demande de modification du mode de scrutin.

Si vous ne demandez pas la suppression de la prime majoritaire, c’est simplement par calcul politique.

Nous retiendrons que vous ne tenez pas, là non plus, vos engagements électoraux et que l’opposant Oscar TEMARU, démocrate auto-proclamé en 2004, se révèle être un Président calculateur prêt à jouer avec les règles démocratiques pour tenter de se maintenir au pouvoir en 2009.

Si, contrairement à notre analyse, vous êtes favorable à la suppression de la prime majoritaire, je vous demande de bien vouloir nous indiquer, ici même, si vous êtes prêt à signer aujourd’hui un projet de courrier adressé aux autorités de l’Etat demandant la révision du mode de scrutin et la suppression de la prime majoritaire en vue des élections de 2009 ?

Emma ALGAN

Réponse en tahitien du président TEMARU lors de la séance du jeudi 28 septembre 2006.

« La prime majoritaire a été introduite par Gaston Flosse par voie d’amendement à l’Assemblée nationale. C’est ton papa qui l’a fait. Il avait tout calculé pour garder le pouvoir ton papa.

Maintenant si tu es d’accord avec les accords de Tahiti nui, alors d’accord je veux bien demander qu’on enlève la prime majoritaire, mais de toute façon tu ne seras même plus élue en 2009. »

Chacun appréciera sur la forme, le mépris d’Oscar Temaru pour les autres élus et sur le fond, qu’effectivement, le Président du Pays opère un véritable chantage aux élus des partis minoritaires : prime contre accord d’indépendance de Tahiti Nui.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

guire 13/10/2006 01:31

je suis scandaliser par l'attitude du president de la polynesie francaise meme si ca ne lui plait pas que l'on dise polynesie francaise et non tahiti nui.
il est irrespectueu envers la personne qu'il a en face de lui meme si c'est un opposant le respect d'autrui marche pour tout le monde il n'y a pas de classe sociale c'est la premiere chose que l'on nous apprend des notre plus tendre enfance.
mme ALGAN vous au moins vous etes une femme respectueuse ne vous rabaissez pas a un homme qui n'en vaut meme pas la peine que l'on s'interesse a lui y a un proverbe qui dit qui seme recolte  et le temp de la recolte est arrive pour lui et ses sbires .