Motion de censure

Publié le par Jean-Christophe BOUISSOU

Les représentants à l’Assemblée de la Polynésie française

à

Monsieur le Président de l’Assemblée de la Polynésie française

Objet : Motion de censure


Monsieur le Président,

Conformément au statut de la Polynésie française et au règlement intérieur de l’Assemblée de la Polynésie française, les représentants, ci-après signataires, ont l’honneur de déposer une motion de censure.

Le mode de gouvernance du Président TEMARU conduit à des tensions sociales fortes et constantes ainsi qu’à une crise de confiance des acteurs économiques et des partenaires sociaux.

Les principes du débat démocratique et de la concertation sociale sont bafoués ; ils ont été remplacés, dans les faits, par une gouvernance, sourde et dirigiste, accusant, méprisant ou dénigrant toute autre autorité légitime et toute opinion différente ou critique librement exprimée.

Ce mode de gouvernance est incompatible avec le niveau de paix sociale et de confiance préalable, nécessaire pour envisager le développement économique, la croissance et le partage de ses fruits.

Le gouvernement, malgré les promesses électorales du Président TEMARU, a progressivement instrumentalisé les institutions de la Polynésie française qu’il maîtrise au profit d’une minorité indépendantiste et d’un discours toujours plus radical, discriminatoire, parfois xénophobe et raciste.

La banalisation de ce discours et son institutionnalisation constituent des atteintes aux valeurs républicaines de fraternité et d’égalité ainsi qu’aux valeurs traditionnellement polynésiennes de respect et de tolérance. Il s’agit d’un danger pour notre cohésion sociale.

Les dernières séances budgétaires de l’Assemblée de la Polynésie française ont confirmé les insuffisances, les aberrations et les risques de la gouvernance TEMARU pour la Polynésie française :

• Augmentation sans précédent de la pression fiscale sans étude d’impact sur l’économie, les entreprises et la population ;
• Détournement des recettes des établissements publics sans considération de la gestion des services publics par ses établissements ;
• Augmentation sans précédent du niveau de la dette de la Polynésie française, le poids de la dette étant à supporter par les futures générations ;
• Cabinets ministériels pléthoriques ;
• Fragilisation des comptes sociaux de la CPS et réduction des aides sociales au logement
• Allocations clientélistes de subventions publiques…

La situation socio-économique commande une réorientation urgente des politiques publiques principalement pour rendre du pouvoir d’achat aux Polynésiens, pour relancer la création d’emplois à un niveau permettant d’accueillir les jeunes sur le marché du travail, pour juguler l’inflation, pour relancer l’investissement, pour reprendre le partenariat indispensable avec l’Etat.

Pour toutes ces raisons, nous soussignés, élus à l’Assemblée, vous notifions le dépôt d’une motion de censure du gouvernement conformément au dispositions de l’article 156 de la loi organique n°2004-182 du 27 février 2004 portant statut d’autonomie de la Polynésie française.

Nous vous prions, Monsieur le président, d’agréer l’expression de notre considération distinguée.

Publié dans Archives RAUTAHI 2006

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article