LES JEUNES DE RAUTAHI AU FARE HAPE DE PAPENOO

Publié le par cellule Communication

A l'initiative des Jeunes de Rautahi, une trentaine de membres se sont retrouvés ce week-end au coeur de l'île de TAHITI, au FARE HAPE de la MAROTO pour mieux découvrir les richesses de la vallée, les traditions de notre Fenua, et comprendre les cylces traditionnels de nos ancêtres polynésiens qui célébraient autour du 20 novembre la période d'abondance, TE TAU AUHUNE.

Visite de marae, randonnée, barbecue, la journée de samedi fut bien pleine pour nos participants qui ont, suite au dîner, eu le privilège d'assister à une présentation des pléiades ou MATARII réalisé par Jean-Yves DOUDOUTE, membre de l'association HAURURU.

L'association a en préambule expliqué l'importance que revêtaient les cycles de la nature dans l'organisation de l'année polynésienne répartie en deux périodes de six mois : la période d'abondance "TE TAU AUHUNE" où l'on célébrait le retour des dieux et des tupuna, les époques de grandes récoltes ; et la période de restriction "TE TAU O'E" lors de laquelle on limitait l'utilisation des ressources de la nature, aussi période de repos des dieux et des ancêtres. La première démarrait le jour du Matarii I Ni'a, le jour de l'année où les pléiades se levent au même moment où le soleil se couche, soit entre le 18 et le 20 novembre de chaque année ; pour se terminer autour du 18 mai. Les deux équinoxes et les deux solstices représentaient quatre jours marquants du calendrier polynésiens, pour lesquels quatre "pa'iatua" étaient organisés par les Ari'oi et célébrés officiellement par les plus grands de notre civilisation. Le premier pa'iatua était le solstice du 20 septembre qui ouvrait la période de préparation de du matarii i ni'a en novembre. Les autres dates du calendrier polynésiens venait en rappel ou en confirmation des saisons polynésiennes.

Le respect de ces traditions assurait de fait la bonne gestion des ressources propres des polynésiens qui assurait ainsi les périodes de plantation, de reproduction des espèces, favorisant l'organisation de leur société.

Outre la préservation de notre patrimoine, l'association souhaite au travers de la transmission de ce savoir, favoriser une meilleure prise en compte des cycles naturels de notre fenua dans les choix de développement et d'organisation de festivités du pays.

----

Après un samedi étoilé, toute l'équipe de RAUTAHI s'est attelée dès le dimanche matin à la réalisation d'un four traditionnel "ahima'a" sur les conseils des anciens de l'association. Pendant que les uns préparaient le four et le cochon, les autres confectionnaient les plats traditionnels comme le poulet-fafa, le po'e fei-banane, le pu'a choux, sans oublier le poisson cru et les chevrettes fafaru ! Après quatre heures de préparation, tous les aliments ont été posés sur les pierres incandescentes puis recouverts pour être cuit à l'étoufée. Les trois heures de cuisson ont permis à la petite équipe de profiter des vasques de la rivière qui longent le refuge, une bonne baignade ensoleillée avant l'ouverture du ma'a tahiti...un vrai régal, un ma'a tahiti bien mérité qui ont permi à tous de finir le week-end en beauté !

 

Publié dans Les Jeunes de RAUTAHI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article