à OREMU: Rencontre placée sous le signe de la surprise.

Publié le par RAUTAHI

Papeete, le 22 juillet2010

 

DE PUURAI A OREMU

                                                                                                                                  

 

Dans la lancée de la rencontre chez Momo à PUURAI, le président Jean Christophe BOUISSOU et son équipe, plus motivés que jamais sont allés à la rencontre de papa Jacques, de sa famille, ses proches et amis à OREMU.

 

Cette rencontre est placée sous le signe de la surprise.

Abordant résolument la situation politique, ce n’était pas le but de la rencontre, depuis le premier TAUI en 2004, thème développé dès l’entame de son discours de bienvenue, papa Jacques avec sa franchise qu’on lui connaît reprenait avec force l’idée largement répandue dans l’opinion publique du ras le bol de la classe politique, le « Taahoa » « Taahoa roa » pour reprendre non sans pertinence les termes employés. Le Président BOUISSOU s’est attaché en réponse, à rappeler à l’auditoire attentif et très intéressé les scénarios qui ont abouti à la situation désastreuse dans laquelle nous pataugeons piteusement aujourd’hui.

 

12 gouvernements depuis 2004 ! Emergence d’un regroupement de la grande majorité des autonomistes au sein du TO TATOU AI’A dont RAUTAHI, qui n’obtient pas la majorité absolue de 29 voix aux élections de 2008. Espoir de constituer une majorité avec le parti autonomiste resté en lice au second tour, le TAHOERAA HUIRAATIRA ; espoir vite déçu par le rapprochement TAHOERAA / TAVINI. Une majorité tout aussi  vite anéantie 45 jours plus tard; constitution d’une nouvelle majorité autour de TO TATOU AI’A; coalition forte d’une solide majorité de 42 voix qui croyait-on irait jusqu’au terme du mandat.


Le TOTATOU AI’A en son sein est alors soumis au chantage permanent de quelques uns de ses élus qui déstabilisent à nouveau l’action du gouvernement et participent inexorablement à son renversement. Et puis la goutte qui fait définitivement déborder le vase avec la démission d’une des constituantes de TO TATOU AI’A rejetant définitivement la soit disant solide majorité dans l’opposition par le jeu funeste de la motion de défiance.


Constatant la situation périlleuse dans laquelle le pays s’orientait, Jean Christophe BOUISSOU notre président, et président du groupe TO TATOU AI’A dans l’hémicycle, après avoir épuisé toutes les ressources en son pouvoir pour tenter de sauver la majorité était contraint de démissionner du groupe TTA, de constituer un nouveau groupe, IA ORA TE FENUA, forte de six personnalités qui décident  de ne plus aller dans un sens ni dans l’autre selon les diktats de ses pourfendeurs. Aucune autre alternative que celle de l’intérêt supérieur du pays et le sauvetage de l’économie en péril, tel est le mot d’ordre du groupe IA ORA TE FENUA. Selon le président et la nouvelle équipe qu’il conduit en parfaite osmose, le temps n’est plus aux querelles stériles du pouvoir mais, crise mondiale oblige, de se consacrer au redressement du pays.


Et pour appuyer sa détermination à reconstruire le pays, Jean Christophe BOUISSOU a brossé devant papa Jacques et son auditoire captivé la vision selon lui et d’autres personnalités associées au projet de la vie politique et de la POLITIQUE au sens large et noble du terme. Une démonstration qui a reçu le plein accord de papa Jacques et de son entourage proche de ses amis et ramené la sérénité après les critiques qui ont un moment, c’est compréhensible, rendues nécessaires le rappel des évènements qui ont émaillés la vie politique du pays.

 

Soirée enrichissante, dont le président, ce sont ses mots, est reparti plein d’espérance et de confiance en l’avenir. Maururu papa Jacques qui nous a donné une belle leçon de démocratie.                                                                                    

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article