Mahina: De bonnes fondations pour des projets cohérents

Publié le par RAUTAHI

MAHINA.JPG           

 

 Accompagné notamment du conseiller municipal Alain Ménard, mais également des anciens ministres Nina Vernaudon et Lionel Teihotu, et de la représentante Maina Sage, Jean-Christophe Bouissou a rencontré en début de soirée le comité géré par Hinano Tunoa, personnalité de Mahina très active dans la protection de l'environnement et notamment de la vallée de Ahonu, où elle réside.

 

            Ce comité organise depuis le début de l'année des rencontres avec les différents partis politiques de la place pour échanger sur des solutions d'avenir pour la commune. C'est donc avec plaisir que Rautahi a répondu à leur invitation afin de partager sa vision de développement du pays, mais aussi celle de Mahina.

 

            Après une introduction faite par Maina Sage sur l'historique de la création du groupe Ia Ora Te Fenua et des difficultés actuelles vécues à l'assemblée, Jean-Christophe Bouissou  s'est exprimé ce soir sur l'importance d'entrevoir le développement du pays de manière cohérente et efficace. Pour l'illustrer, Jean-Christophe a pris l'exemple simple d'une maison à construire, en indiquant qu'il est évident pour tous d'avoir un plan de construction. "Imaginez que l'on construit d'abord le couloir, puis un bout du toit, puis on revient faire la terrasse !, cela n'aurait aucun sens. Non, tout le monde sait que l'on doit démarrer par les fondations pour s'assurer que ce soit solide". 

 

            Ce dernier a ainsi mis en relief l'utilité d'avoir avant un véritable schéma d'aménagement du Pays, qui indique les grandes orientations dans chaque secteur. Les fondations ce sont les besoins minimum de chacun comme avoir un travail, un toit, une éducation accessible pour nos enfants. Mais il y a aussi tous les sujets liés à la qualité de vie comme les transports, les zones de loisirs, la valorisation de notre culture, la protection de notre environnement. L'organisation pensée de ces actions est un moyen sain de cadrer le développement selon les besoins mais aussi selon les attentes des habitants, car tout doit se faire dans la concertation. "Ce n'est pas au politique de tout décider, mais bel et bien à chacun des citoyens aussi d'exprimer leur souhait". 

 

Bien entendu, Jean-Christophe a partagé sa vision d'une Polynésie développée économiquement mais surtout d'une Polynésie qu'il veut épanouie, fière de ses enfants, fière de sa culture et de sa nature. 

 

Pour conclure, il a insisté sur l'absolue nécessité d'avoir, au délà d'un programme cohérent, une équipe soudée, capable de le réaliser ! 

 

"Comme pour le Pays, c'est aussi ce que nous souhaitons pour Mahina" a-t-il lancé en conclusion, avant de donner la parole aux invités pour qu'ils puissent à leur tour exprimer leur point de vue. 

 

Les interventions ont été particulièrement riches ! Le premier intervenant a lui dénoncé une politique d'assistanat, souvent clientèliste, qui a trop duré et qui n'a pas encouragé les polynésiens à se prendre en main, concluant sur la nécessité des politiques de soutenir les initiatives privées et de valoriser le sens du mot Travail ! Ciblant plus particulièrement les problématiques de Mahina, il a été évoqué le manque de communication et de compréhension entre la classe politique et les administrés,  sans compter tous les problèmes récurrents liés aux services communaux en matière d'environnement. Pour conclure, Hinano, au nom du comité, a remercié le déplacement et l'écoute de Rautahi en rappelant que leur souhait est de favoriser la concertation et la transparence pour relever le Pays mais aussi pour offrir aux habitants de Mahina des projets motivants et accepté de tous, projets auxquels ils sont prêts à participer.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article