De Pamatai à Pirae Uta...

Publié le par RAUTAHI

 

 Papeete, le 27 juillet2010

 

                                                                          DE PAMATAI A PIRAE UTA        

 PIRAE.JPG

 

C’est dans la famille de Noël TUNUI, conseiller municipal de Pirae, que l’équipe de RAUTAHI et son leader se sont rendus hier soir au fond de la vallée de TITIORO, plus exactement dans le quartier dénommé PIRAE UTA. Se sont joints à la délégation les représentants RAUTAHI au sein de l’équipe communale menée par Béatrice VERNAUDON, saluée comme le veut la tradition par Jean Christophe BOUISSOU, président de RAUTAHI et du groupe IA ORA TE FENUA à l’Assemblée de la Polynésie Française. Saluons aussi la présence de Georges PUCHON, ancien ministre, et Pita BENNETT, conseiller municipal,  instigateurs de cette réunion ainsi que Emma ALGAN représentante RAUTAHI à l’APF venue en voisine, Emma étant entre autres fonctions la présidente RAUTAHI dans la commune d’ARUE.

 

C’est d’ailleurs Emma qui prend la première la parole après celle de bienvenue de papa Noël, maître des lieux. Emma a dressé l’historique des évènements qui ont marqué la vie politique du territoire depuis 2008, notamment la crise politique qui freine aujourd’hui encore l’action du gouvernement dont les initiatives sont systématiquement amendées, rejetés ou reportés par l’UPLD et curieusement le TAHOERAA allié de circonstance, alors même que des membres importants de ce mouvement siègent sur les bancs du gouvernement de Gaston TONG SANG.

 

Puis Georges PUCHON lui succède pour parler d’un sujet qu’il maîtrise parfaitement, les finances du territoire en insistant sur l’effet d’entrainement causé par la diminution des recettes du territoire qu’elles soient fiscales ( Douane, Contributions etc…), ou tirées de celles du tourisme, de la perle, de la vanille. Pour étayer son propos Georges cite l’exemple du tourisme dont les recettes ont accusées une baisse de 18%, soit -28 Milliards CFP par rapport à l’année 2008. Conséquence immédiate, certains hôtels ont fermé dont le Hilton accentuant la montée du chômage déjà fortement présente dans les secteurs des travaux publics, du commerce, voire des services. Cela n’est donc pas sans conséquence au niveau de la CPS qui perçoit moins de recettes et fait face à des difficultés de financement du RSPF (régime de solidarité) par exemple.

 

Enfin notre président Jean Christophe BOUISSOU, succédant à Georges PUCHON, rebondissait aux deux précédentes interventions. Il s’est attaché à parler de la question des logements sociaux en crise obligeant les familles à s’entasser à 15, 20 voire même 40 personnes dans des espaces de plus en plus restreints faute d’accession à un logement décent. Ainsi selon le président la construction des logements sociaux est en quasi arrêt depuis 2008.

 

Abordant ensuite l’aspect politique, Jean Christophe BOUISSOU reprend l’idée de consensus débattue depuis son accession à la présidence du groupe IA ORA TE FENUA. Ni dénigrement ni attaque de quelque nature que ce soit. Et de développer le PROJET de société qu’il entend mettre en œuvre si les électeurs le décident ainsi dans leur grande majorité.

 

La parole est ensuite donnée à l’assistance. Noël en sa qualité de chef de famille parle du chômage qui frappe la jeunesse, citant son propre cas. Chef d’entreprise il ne peut pas embaucher en dehors du cercle familial et cela lui fait très mal. Il soulève aussi la cherté des cotisations CPS une autre raison dissuasive d’embaucher.

 

Une jeune dame se lève. Elle aussi a créé une petite entreprise et demandé de l’aide au territoire. L’ICRA, Le SEPIA et le CED lui ont été refusées, elle ne comprend pas.

 

Un autre intervenant, Moana, a insisté sur la cherté de la vie : « tout est cher à Tahiti » dit-il.

Un constat qui fait réagir le président qui retient l’idée intéressante sur le thème de la vie chère. Il convient à ce propos que la direction de RAUTAHI propose dans son projet des mesures adéquates pour faire face à la résolution de ce problème dans le cadre de la réforme fiscale envisagée pour l’avenir.

 

Enfin c’est dans le recueillement que papa PITA a terminé la soirée.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article