Retrouvailles à Puna Iti, lotissement de Punavai Nui à Punaauia

Publié le par RAUTAHI

P8020044.JPG
Retrouvailles  à Puna Iti, lotissement de Punavai Nui à Punaauia


Ce n'est pas sans émotion que l'équipe de Rautahi  est revenue à Puna Iti, un lotissement de 60 logements individuels construits en 2001 en urgence pour le reloger les familles sans abris dites de Ariana, de Tipaerui, ainsi que de Carrefour Arue.  Accompagné notamment de Georges Puchon, ancien ministre des finances et de Maina Sage, représentante à l'APF, Jean-Christophe Bouissou a été chaleureusement accueilli au domicile de Line, qui avait invité ses voisins pour l'occasion.

 

C'est Maina qui a ouvert la réunion en partageant, en préambule, son émotion en revoyant Puna Iti. En effet, Maina se souvint de cette première visite organisée en bus avec toutes les familles pour visiter le terrain encore nu, et 3 mois plus tard... du jour de remise des logements très émouvante, en octobre 2001 ! Après ce bref rappel, elle  est rentrée dans le vif du sujet en rappelant les circonstances dans lesquelles le groupe parlementaire Ia Ora Te Fenua a été créé : absence de majorité absolue entraînant de nombreux abus de position dans un contexte de crise économique et financière internationale sévère. Pour les élus, il fallait s’ouvrir pour réunir une large majorité capable de stabiliser et de relancer le Pays. Mais les égos ont été plus forts…une énième motion est tombée, remettant la Polynésie dans un marasme politique, économique, et social sans précédent. Maina a conclu en précisant que Rautahi souhaite néanmoins apporter dans ses rencontres de proximité un message d’espoir, convaincu du potentiel de la Polynésie de se relever de cette situation politique et économique ! Ce message étant le principal objet de cette rencontre.

 

C’est Georges Puchon qui a pris la relève en expliquant les conséquences économiques de l’instabilité conjuguée à la crise des subprime, impactant directement notre premier moteur économique, le tourisme, avec une chute de 200 000 à 160 000 touristes en 2 ans, soit près de 15 milliards de recettes perdues pour la Polynésie française. Il a aussi fait le tour des autres gros secteurs comme celui de la perle et de la pêche, réellement victimes sinistrées de l’instabilité politique qui a empêché les décisions gouvernementales de se concrétiser sereinement et de manière cohérente. Georges a rappelé que si nous n’avons pas de nickel nous avons de véritables trésors naturels et culturels qu’il nous faut mettre en valeur ! Mais cela nécessite que l’on soit soudé autour d’un projet. Prenant comme image l’équipe française de football , « on ne peut pas gagner un match si on ne s’entend pas en interne, il faut donc trouver un moyen de s’unir pour redresser un pays aujourd’hui  gros gui mais qui a tous les atouts pour se relever » !

 

C’est sur ces paroles que Georges Puchon a cédé sa place à Jean-Christophe Bouissou qui, après quelques souvenirs partagés à Puna iti, (où, il se souvint avoir dû contracté 10 marchés de construction en simultané pour réaliser en trois mois ce lotissement ), a enchaîné sur la situation politique actuelle très délicate, aux répercussions néfastes grandissantes pour la population. Jean-Christophe a dépeint la situation politique actuelle où le gouvernement n’a plus de majorité à l’assemblée, une nouvelle fois, et doit subir toutes les contraintes des unions de circonstances qui rendent la politique gouvernementale encore plus insipide. Face à ce véritable cercle politique vicieux, Jean-Christophe a expliqué la nécessité de travailler à la construction d’une véritable alternative politique capable de relever le défi, composé d’une équipe fiable, expérimentée et motivée.

 

Jean-Christophe a aussi rappelé que ces rencontres de terrain étaient surtout l’occasion pour les élus d’ être plus à l’écoute de chacun, de partager les difficultés rencontrées au quotidien par les familles, concluant ainsi, « loin des grands débats politiques, c’est bien cette réalité là qui nous importe et nous anime pour aider à la recherche de solutions concrètes » !

  groupe.JPG

C’est ainsi que la parole a été donnée au public, chacun ayant pu exprimer ses avis souvent durs envers la classe politique  tout en remerciant l’initiative de Rautahi qui vient au moins les affronter et tenter de répondre aux problèmes quotidiens des personnes. Ceux de Puna iti sont nombreux et variés allant des problèmes de transport des collégiens et lycéens qui doivent à 4h du matin marcher jusqu’en bas pour prendre le bus,  au problème des factures d’eau reçus pour la première fois  en 2010 et récapitulant les frais 2008 et 2009, sans compter le manque d’éclairage et d’entretien des voies alors qu’ils payent des charges à l’OPH.  Autant de préoccupations quotidiennes difficiles à gérer dans un contexte de chômage de plus en plus dur pour de nombreuses familles du quartier.

 

Pour terminer, certains ont clairement exprimé leur souhait de voir cette nouvelle alternative prendre demain les rennes de la Polynésie pour retrouver un pays en bonne marche, en bonne santé financière, capable de générer de l’emploi, de répondre aux besoins de logement, et de garantir une protection sociale pour tous.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Teihotu Lionel 04/08/2010 19:25



Ia ora na à toute l'équipe de Rautahi et à son Président JCB.


Je voulais féliciter et encourager cette initiative entrepris par Rautahi concernant les rencontres nocturnes vers les familles des diverses communes qui lancent des SOS de détresses face à la
situation dans laquelles elles se trouvent : membres de la famille au chomage, problème d'espace pour loger toute la famille, chereté de la vie avec quelques soucis de règlement des factures EDT
ou charges communales à régler logement...


Face à cette situation, ces familles attendent un soutien Moral, mais surtout d'espoir de Rautahi et de personnes responsables capables de se dévouer pour elles, mais surtout pour remonter notre
Pays qui possèdes tant d'atouts (Fenua d'Accueil des habitants des îles, Fenua de Culture polynésienne, Fenua d'Ethnies diverses, Fenua Environnement et du Partage...)


Bref, avec un Dream Team de personnes SÛRS, E HAERE TATOU I MUA!!!!!!!!!!!!!


Mauruuru e a Faaitoito ana'e Tatou.


Lionel