Combien ça va coûter au pays? Question orale de Maina Sage

Publié le par RAUTAHI

Lors de la séance du jeudi 3 décembre 2009, notre représentante Maina Sage est allée droit au but en demandant au nouveau Président du pays à combien allait s'élever le coût du changement de gouvernement. Après avoir rappelé les effets néfastes de cette motion de défiance sur l'économie du pays, Maina Sage s'est inquiétée de la prochaine étude du budget 2010, retardée par la motion de défiance. Nous transmettons ci-dessous sa question orale.

  

 

 

Question orale à Monsieur Gaston TONG SANG

Président de la Polynésie française

en charge des relations avec l’ Etat et l’Europe, des relations régionales et internationales, des finances, du budget, de la rationalisation des dépenses publiques, de la modernisation de la fiscalité et de la réforme de l’administration.

 

 

Présentée par Madame Maina SAGE

 

 

Objet :  Motion et conséquences financières

 

 

            Monsieur le Président,

 

           

Le lendemain de votre 3ème motion de défiance, Standard & Poor’s plaçait la note à long terme "BBB+" de la Polynésie française sous surveillance négative, reflétant, je cite « le risque que cette nouvelle motion (...) retarde ou grippe la reprise économique (...), complique et retarde les réformes amorcées (...), induise un flottement dans les rouages politico-administratifs du Pays (...), et, in fine, se traduise par une aggravation des déficits publics ».

 

            Je vous épargne les détails sur les risques de « dérapage » liés à la faiblesse de la majorité parlementaire qui selon eux, « pose la question de la pérennité de votre gouvernement »,  S&P conclut qu'il sera plus particulièrement attentif notamment «  au degré de renouvellement des équipes du Pays, de continuité ou de rupture avec les actions entamées, aux orientations fiscales, budgétaires et financières du budget 2010 et au calendrier des réformes. »

 

 

            Rien qu’en matière de renouvellement des équipes, pourriez-vous nous éclairer sur le coût financier de l’avènement de ce nouveau gouvernement, alors que la totalité des crédits prévus aux rémunérations de personnel de cabinet et membre du gouvernement sont d’ores et déjà engagés ?

 

            Comment comptez-vous fin décembre assurer les salaires des 14 nouveaux membres de gouvernement en plus des 14 sortants (moins les 3 renouvelés) ? Soit 28 ministres et leur personnel de cabinet à payer en décembre ?

 

Outre la mise sous surveillance de la note S&P, serez-vous responsable du premier déficit du budget de fonctionnement du pays, qui je vous le rappelle est strictement interdit par la délibération 96-205 AT ? A moins que vous nous proposiez d'ici là, un nouveau collectif budgétaire...Dans ce cas, quel autre secteur du budget de fonctionnement comptez-vous amputer pour permettre d'assumer ces dépenses non prévues ?

 

            La population qui, in fine paiera la facture de vos déboires et de vos retards, mérite mieux qu'un « pardon » pour un rond-point, seule annonce ressortie de votre premier pré-conseil des ministres.

 

 

            Puisque vous avez, paraitrait-il, préparé soigneusement votre retour depuis quelques mois, vous devriez pouvoir nous dire précisément aujourd’hui comment vous équilibrerez le budget de fonctionnement 2009 suite aux dépenses supplémentaires que vous venez de créer. Pareillement pour 2010.

 

Enfin j’ose à peine vous le demander, pourriez-vous nous dire clairement quand étudierons-nous votre version du budget 2010 que vous promettiez pour la mi-décembre ?

 

 

 

 

                                                                                                          Maina SAGE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

janus 09/12/2009 05:40


moin cher que continuer avec  OSCAR !


Raiarii 19/05/2010 00:18



On dirait bien que non, Janus, puisqu'à ce jour, le 17 mai, soit 5 mois plus tard, la situation économique est loin d'être brillante, ça ne valait vraiment pas la peine de renverser un
gouvernement une énième fois lorsqu'on constate la situation actuelle !


Raiarii.



pascal 04/12/2009 09:04


Les maîtres chanteurs sont en train de revenir grossir les rangs de l'opposition en prévision
d'un prochain partage du gâteau. Pourquoi ne pas les isoler définitivement en refusant de travailler avec eux ? Ne serait il pas temps de mettre nos rancoeurs de coté et de tenter de travailler
avec le nouveau gouvernement. Il y a un risque c'est qu'ils réussissent et je leur souhaite pour le bien de tous. Soyons constructif. EF a bien dit qu'il aurait aimé que cela se fasse avec JC.
Pourquoi pas ? + 6 cela mettrait de coté les 3 NE ainsi que mme Vernaudon. Fin du bal les affairistes seraient définitivement isolés et le pays serait sur une voie jusqu'en 2013, les électeurs
trancheront ainsi sur une mandature et non sur 36 gouvernements qui n'ont le temps de rien faire sauf se mettre en place. A méditer en hommes politiques responsables.